Australie, futur leader du feu #ST20 [en]

Le 31 juillet 2020 a été rendu public le rapport d’enquête Final Report of the NSW Bushfire Inquiry sur la saison des feux 2019-2020 dans l’état de Nouvelle Galles du Sud (New South Wales), commandé le 30 janvier 2020 par la Première ministre du NSW.

Les feux de brousse sont des événements estivaux annuels en Australie, inscrits dans la dynamique naturelle du territoire. Cependant, la saison des feux de 2019-2020 a non seulement été extrême en raison du nombre de feux simultanés, de leur localisation, de l’étendue et de la durée de ceux-ci (d’où l’utilisation du terme de megafire), mais aussi différente des précédentes en matière de comportement, en particulier à travers la prévalence durant cette saison des orages provoqués par feux. Les difficultés rencontrées ont amené au bilan que le système en place n’avait pas été construit pour répondre à une telle ampleur, les méthodes de préparation et gestion conventionnelles, lorsqu’elles ont pu être appliquées, n’ayant pas été suffisantes. Il est très probable que des saisons de cette intensité se reproduisent dans le futur, il est donc aujourd’hui nécessaire d’apprendre et de s’adapter face à ces nouveaux paramètres.

Aussi, ce rapport et les acteurs qui le soutiennent ne suivent pas l’objectif d’empêcher tous feux de naître sur l’ensemble du pays, mais celui d’améliorer la manière dont l’état, et par extension l’Australie, se prépare aux feux et y réagit afin de réduire leurs conséquences sur l’économie (destruction de propriétés immobilières ou agricole), l’environnement (biodiversité) et la santé humaine, avec comme premier objectif de réduire les décès au sein des communautés et des services de lutte contre le feu. Dans ce cadre, certains thèmes n’ont volontairement pas été abordés, tels que la récupération après les feux et l’évaluation des impacts économiques.

Le mandat de l’enquête a compris l’étude :

  • Des causes et facteurs contribuant à la fréquence, l’intensité, et l’évolution spatio-temporelle des feux de brousse en Nouvelle-Galles du Sud pendant la saison des feux 2019-20, y compris par la prise en compte de la météo, de la sécheresse, du changement climatique, de la charge de combustible et de l’activité humaine.
  • De la préparation et la planification aux feux par les agences, le gouvernement ou toute autre entité, ainsi que par la communauté, y compris à travers les lois, les pratiques et stratégies actuelles, les normes de construction, leur application et leur effet.
  • Les processus de réponse aux feux, en particulier les mesures visant à contrôler la propagation des incendies et à protéger la vie, les biens et l’environnement, y compris :
    • la gestion immédiate, incluant les avertissements publics
    • les ressources, la coordination et le déploiement
    • les équipements et les systèmes de communication.

Pour cela, des rencontres ont été organisées avec les principales parties prenantes, les agences gouvernementales et autres organisations, les chercheurs de nombreuses universités australiennes et d’organismes de recherche, ainsi que les experts en incendies et technologies. La parole a été donnée à la population à travers des visites de sites, des soumissions publiques et des réunions communautaires, afin d’entendre le plus grand nombre de personnes. L’enquête a aussi examiné les rapports et enquêtes antérieures sur les feux de brousse afin de comprendre la réaction aux précédents feux en Nouvelle-Galles du Sud et en Australie de manière plus générale, et a examiné leur état de mise en œuvre. Elle s’est également appuyée sur des documents et a rencontré des représentants et des chercheurs du Bureau de météorologie, du Centre de recherche coopérative sur les feux de brousse et les risques naturels (Bushfire & Natural Hazards CRC) et du CSIRO.

En conclusion, 76 recommandations ont été proposées, allant de l’amélioration des systèmes et processus opérationnels à des recherches de fond. Certaines peuvent être mises en pratique dès maintenant pour préparer la saison 2020-21, d’autres nécessitent un développement plus poussé, tels que la poursuite des recherches et des consultations/collaborations avec les parties prenantes.

Concernant les domaines de la coopération scientifique internationale et de la recherche, la proposition 4 suggère d’améliorer les capacités de détection et de surveillance en temps quasi réel des feux, en matière de départs, d’intensité et de progression. Un programme d’accélération technologique spatiale pourrait maximiser les informations disponibles des diverses technologies de télédétection actuellement utilisées, et permettre l’inclusion de nouveaux systèmes de télédétection pouvant détecter précisément et rapidement à travers la fumée, les nuages, le brouillard et la poussière.

De même, la proposition 5 suggère de profiter des efforts de recherche pour établir le NSW comme un centre mondial de recherche, de développement technologique et de commercialisation autour de la gestion des feux de forêt. Cela devrait comprendre :

  • l’établissement d’un fond de financement, sur le modèle du fonds pour les dispositifs médicaux, afin de contribuer au développement rapide de technologies et de services ;
  • le renforcement des capacités de recherche et de formation afin d’améliorer les capacités de compréhension, modélisation et prévision des feux.

Le profil de risque pour la future saison des incendies 2020-21 pour les régions forestières de la Nouvelle-Galles du Sud a été considéré comme moyen au 14 juillet 2020. Ce profil est principalement déterminé par les précipitations hivernales et printanières, la croissance de la végétation et les principaux facteurs climatiques. Le NSW Rural Fire Service continuera à effectuer la veille des charges de combustible (végétation sèche, bois morts, etc.) jusqu’au début de la saison 2020-21, soit au 1er octobre 2020. Il faut ajouter à cela l’impact de la pandémie de la COVID-19 localement et dans les capacités de coopération entre états, avec, entre autres, la limitation des capacités de formation des effectifs australiens pour la prochaine saison.

PNG

Lors de la crise de 2019-2020, la France avait été l’un des pays venus apporter une aide technique à l’Australie à travers la mobilisation de 5 experts de la gestion des feux français, partageant pour certains plus de 40 ans d’expérience dans la lutte contre les incendies en Europe et en Amérique du Sud. Le soutien et l’expertise française avaient été appréciés, et suite à ces événements, de nombreux acteurs avaient manifesté leur intérêt pour renforcer la collaboration entre les deux pays dans les domaines de la gestion des feux et des risques liés au changement climatique, ainsi que des stratégies de prévention et de résilience.

Dans ce contexte, le Groupe des huit (Go8, groupe rassemblant les 8 universités en tête de la recherche australienne), le centre australien de recherche collaborative sur les incendies et les catastrophes naturelles (Bushfire & Natural Hazards CRC), et le pôle de compétitivité européen SAFE Cluster se joignent à l’Ambassade de France en Australie pour organiser du 15 au 17 septembre 2020 un atelier franco-australien en ligne sur la science des feux de forêts, afin d’explorer et d’échanger sur les expertises et bonnes pratiques des deux pays.

Le workshop offrira aux chercheurs australiens et français (de métropole, mais également de Nouvelle-Calédonie) un espace de partage et de rencontre pour discuter des dernières avancées de la recherche sur la gestion des feux de forêts et autres risques naturels, en lien avec les principaux utilisateurs de cette recherche, y compris les services d’urgence et les organismes gouvernementaux.

Cette initiative a pour vocation de tirer parti de l’intérêt marqué cette année à l’international pour les pratiques d’intervention et de lutte contre les incendies. Les acteurs présents et futurs de la recherche sur les feux de forêt et les risques naturels pourront acquérir une meilleure appréciation des domaines où des activités conjointes entre les deux pays pourraient permettre d’améliorer les connaissances, les outils et les pratiques face à ces défis actuels et futurs.

Le programme de l’atelier se déroulera sur trois jours, de 8h à 10h30 en France et de 16h à 18h30 (AEST) en Australie
. Les discussions seront dirigées par des chercheurs, ainsi que des représentants des gouvernements et organisations des deux pays. Les participants auront l’opportunité de poser des questions aux différents panels.

Les thématiques abordées incluront :

  • L’intervention d’urgence face à la crise
  • La science des feux extrêmes
  • La gestion des terres, des forêts et des zones urbaines
  • Le coût des incendies
  • La restauration environnementale
  • Les risques futurs
  • Les opportunités de collaboration

Pour s’inscrire ou pour plus d’informations, rendez-vous sur :
https://www.bnhcrc.com.au/events/2020-franceaustbushfireworkshop

Si vous avez des questions relatives à votre inscription à cet événement, merci de contacter : Priscilla Boulet-Gilly, à l’adresse priscilla.boulet-gilly@diplomatie.gouv.fr ou au numéro +61 (02) 6216 0133

Dernière modification : 10/09/2020

Haut de page