Autour de l’hydrogène #ST10 [en]

Tandis que le monde cherche à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre afin de respecter ses engagements climatiques, l’Australie s’engage dans le développement de son industrie de production d’hydrogène propre pour devenir un fournisseur à grande échelle sur la région indopacifique et dans le monde. Le réseau de recherche international du CNRS sur la conversion et le stockage d’énergie pour des applications maritimes et en autonomie (IRN FACES) est un exemple des synergies possibles autour de l’hydrogène entre la France et l’Australie

IRN FACES

Le Réseau de Recherche International FACES - French-Australian Research Network on Conversion and Energy Storage ou réseau Franco-Australien sur la conversion et le stockage d’énergie pour des applications maritimes et en autonomie devrait être officiellement inauguré en début d’année 2021 à l’université de Nouvelle Galles du Sud à Sydney.

Ce réseau a pour but de coordonner la collaboration bilatérale sur les matériaux utilisés pour la production et le stockage d’énergie, et sur les systèmes intégrés. Il est constitué de 8 laboratoires du CNRS soutenus par leurs universités, et de 4 universités australiennes. Un véritable vivier d’expertises scientifiques pourra ainsi soutenir l’industrie et l’innovation dans ce secteur. Le réseau s’intéresse au stockage électrochimique (comprenant batteries et super-condensateurs) ainsi que la filière de l’hydrogène (production, stockage, et conversion). Il cible le développement de solutions de pointe, capables de fournir une source d’énergie fiable, stable et robuste à des systèmes isolés tels que les systèmes de propulsion de navires ou des îles ou régions non reliées au réseau électrique.

 Ce réseau est coordonné par le Dr. Fermín CUEVAS, directeur de recherche à l’institut de chimie et des matériaux du CNRS et le Prof. François Aguey-Zinsou, directeur du laboratoire de recherche sur les matériaux pour l’énergie à l’échelle nanométrique de l’université de Nouvelle Galles du Sud.

​A l’occasion de cette inauguration, une école doctorale sera organisée sur le stockage électrochimique et l’énergie issue de l’hydrogène, afin de fournir une formation à la pointe des technologies sur l’hydrogène et les batteries. Cette école sera l’occasion d’écouter les experts internationaux dans ce domaine, de développer une compréhension technique approfondie des technologies de stockage d’énergie, et d’appréhender les enjeux techno-économiques relatifs aux batteries et à l’hydrogène.

Vidéo :

Développement de la filière hydrogène en Australie

Suite à la publication de la Stratégie Nationale pour l’Hydrogène en novembre 2019, l’Australie se lance dans le développement d’une industrie de production d’hydrogène, afin de stimuler son économie, et de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’intérieur du pays et à l’international. Il existe en effet deux moyens de production d’hydrogène propre : un hydrogène issu d’énergies renouvelables par électrolyse de l’eau, et une production par réaction thermochimique sur le charbon ou le gaz, qui devra être couplée à une technologie de capture et de stockage des émissions de carbone qui en découlent. La récente feuille de route pour l’investissement technologique publiée en mai 2020 soutient également cette filière hydrogène, tandis que le CSIRO, agence de recherche fédérale, lance une Mission Industrie de l’Hydrogène pour soutenir la recherche appliquée dans ce domaine.

Les bénéfices économiques que le développement d’une filière hydrogène australienne pourrait avoir pour le pays s’évaluent à 1.7 milliards de dollars et 2800 emplois d’ici 2030. De plus, les avantages compétitifs de l’Australie sont considérables avec ses infrastructures et son expertise pour l’export déjà en place, sa proximité avec le marché asiatique, et ses capacités en énergies renouvelables et en capture et stockage du carbone.

-* Une stratégie nationale :

Les éléments centraux de la stratégie australienne sont :

  • Le développement de la filière hydrogène pour l’exportation, en particulier vers le marché asiatique. Le pays doit considérer ses options concernant les infrastructures de soutien à une exportation d’ampleur.
  • L’adaptation des infrastructures existantes et l’évaluation des changements de régulations et de standards nécessaires au transport et à l’utilisation de l’hydrogène sont étudiés avec attention.
  • Le pays entend développer un réseau de centres d’hydrogène (Hydrogen hubs) qui regrouperont une demande importante afin de faciliter le gain d’efficacité.
  • Cette stratégie défend un partenariat gouvernement-industrie , dans lequel le gouvernement soutiendrait le développement de la filière par des accords commerciaux, des garanties à l’exportation, et des subventions, mais l’activité commerciale serait menée par des investissements et des expertises privés.
  • La filière hydrogène devra à terme être économiquement viable . La feuille de route pour l’investissement technologique propose comme objectif une production à moins de 2 dollars australiens par kilogramme.

-* Projets pilotes :

De nombreux projets de R&D dans le secteur sont soutenus au niveau fédéral et étatique, parmi lesquels nous retenons quelques projets phares :

  • En partenariat avec des entreprises japonaises une usine-pilote de production d’hydrogène par réaction thermochimique sur le charbon est en cours dans la vallée de La Trobe, dans l’état du Victoria. Une fois atteinte l’étape de la commercialisation, elle devrait être couplée à un système de capture et de stockage du carbone émis.
  • En partenariat avec le Centre de Recherche Collaborative pour les carburants du futur (Future Fuels CRC), l’Australie met en place les standards techniques et les régulations nécessaires à l’intégration de 10% d’hydrogène dans le réseau de gaz de ville.
  • Le pays se met en capacité de construire des stations de ravitaillement en hydrogène pour les transports lourds (standards techniques et les régulations inclus) en partenariat avec la co-entreprise Hydrogen Mobility Australia’s Lighthouse.

PNG

Dernière modification : 08/07/2020

Haut de page