Décès de M. François Chabriere

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de Mr. François Chabrière, Ancien combattant, titulaire de la Croix de guerre des Théâtres d’Opérations Extérieures, Croix de la valeur militaire, Médaillé Militaire, Chevalier de l’Ordre National du Mérite et Chevalier de la Légion d’honneur. Nous adressons à sa famille et à ses proches nos sincères condoléances et notre plus grand soutien. Les obsèques auront lieu ce mercredi 27 Février 2019.

JPEG

François Chabrière est né le 6 novembre 1930 à Nice, dans les Alpes Maritimes. Après ses études, il s’engage le 2 février 1949 au titre du Régiment de Reconnaissance, puis rejoint le Régiment Colonial de Chasseurs de Chars à Mülheim, en Allemagne, où devient pilote de char. En 1950, il est désigné pour servir en Extrême-Orient et rejoint l’Indochine au Tonkin, où il est affecté au Régiment Blindé Colonial d’extrême- Orient, toujours comme pilote de blindé.

En 1953, il est affecté au 24° Régiment d’Infanterie Coloniale à Carcassonne, avant d’effectuer un second séjour au Tonkin jusqu’en octobre 1954, en tant que chef de section au sein des Commandos Nord Vietnam.

En novembre 1954, il rejoint le 1° bataillon du 6° Régiment d’Infanterie Coloniale, puis le 3° bataillon du 22° RIC à Moncay, près de la frontière chinoise. Puis, il est affecté au Sud Vietnam, à Tourane (Da-Nang).

Rapatrié en France en novembre 1955, il rejoint le sud tunisien à Gafsa à l’issue de son congé de fin de campagne, au sein de la 7e compagnie du 4e Régiment d’Infanterie Coloniale. Lors de l’affaire du canal de Suez en 1956, il débarque à Port Fouad, en Egypte. Il sera ensuite rapatrié en Algérie avec son unité, dans le Constantinois (région de Djidjelli). Au cours de ses missions, il sera grièvement blessé aux jambes.

Rapatrié sanitaire sur la métropole, il est soigné à l’hôpital militaire de Fontome, avant de repartir pour l’Afrique du Nord.

A la fin de son séjour il est affecté en France à Fréjus, à la maison mère des troupes coloniales.

En 1959, il est désigné pour servir outre-mer à Niamey, au Niger, où il restera de 1960 à 1962 comme chef de section de Quartier général.

A la fin de son séjour outre-mer, il est affecté à Nice, au centre d’Accueil et d’Information de l’Armée de terre, puis au centre de Préparation Militaire.

Il fait valoir ses droits à la retraite en novembre 1969, totalisant ainsi 21 ans de services sans interruption dans les Troupes de Marine.

A la retraite, il se retire en Australie, dans le Queensland, où il milite à l’Association des Anciens Combattants Français résidant hors de France, à la 1814° section des Médaillés Militaires en Australie, à l’Amicale des Anciens des Troupes de marine du Queensland et à l’Association Nationale des Commandos Nord Vietnam.

Dernière modification : 27/02/2019

Haut de page