Deux étudiantes de l’Université Nationale Australienne prennent la relève et deviennent diplomates d’un jour.

L’Ambassade de France a répondu présente à l’association Girls Run the World, qui, depuis 2017, permet à des jeunes filles de découvrir le métier de diplomate et de prendre la relève. Le 20 novembre, deux étudiantes de l’Université Nationale Australienne (ANU) ont passé leur journée en immersion au service politique de l’ambassade, participé à la réunion de presse, fait le tour des services et rédigé une note diplomatique en français sur la mobilisation de la jeunesse en faveur de la lutte contre le changement climatique.

JPEG
De gauche à droite Taara, Marie-Anne MORTELETTE, Conseillère politique
de l’Ambassade qui les a accueillies et Jenny

Cette expérience, riche d’enseignements mutuels, a été l’occasion de comparer les conditions d’exercice du métier de diplomate en France et en Australie, d’échanger sur les embûches qui pouvaient émailler le parcours professionnel des femmes, comme le plafond de verre et de partager conseils été astuces pour les contourner. Elle s’inscrit dans la droite ligne de l’engagement permanent de la France en faveur de l’égalité des genres et de l’encapacitation des femmes.

Mais laissons plutôt Taara nous dire ce qu’elle a retenu de cette journée :

Quand on pense à l’ambassade, on pense d’abord aux conseillers politiques, à l’ambassadeur, à ce qu’ils font par rapport aux pays et aux relations bilatérales, mais j’ai découvert qu’il y avait aussi un service économique et un service culturel et tellement d’engagement avec les universités. J’ai trouvé ça particulièrement intéressant, j’ai beaucoup appris aujourd’hui et cela me donne une meilleure idée de ce que je veux faire. J’ai pu rencontrer beaucoup de femmes passionnées par ce qu’elles font et les voir dans différents ministères et dans différents rôles et tellement passionnées par ce qu’elles veulent faire.

C’est vraiment une expérience porteuse d’espoir qui m’a démontré que ce n’est pas impossible et qu’en travaillant on peut faire ce qu’on veut, pour aider son pays et les relations internationales.

Et comparons avec ce que Jenny en a pensé :

C’était vraiment une occasion unique de voir à peu près tous les aspects de l’ambassade, nous avons pu voir la chancellerie et ce que font les conseillers politiques, et nous avons également pu voir les aspects culturels de l’ambassade, les liens avec les universités australiennes et les programmes de recherche scientifique ainsi que l’aspect plus logistique des choses comme la comptabilité, nous avons même pu voir le département de la défense et il était vraiment intéressant de voir leur point de vue à ce sujet.
Et je pense aussi que c’était unique parce que nous avons pu préparer une note diplomatique, un exercice pratique, qui m’a vraiment permis de voir encore plus clair dans ce qu’est l’activité d’un diplomate. J’ai toujours été intéressée par la diplomatie et par les pays francophones. Cette journée m’a aussi montré à quel point la diplomatie peut être difficile, surtout en tant que femme, vous devez penser aux sacrifices personnels et à la quantité de voyages que vous auriez à faire. Cette expérience a rendu les choses un peu plus réalistes aussi, en rappelant que la diplomatie n’est pas seulement une carrière de rêve où tout s’arrange toujours parfaitement. C’était donc aussi bien une mise à l’épreuve de la réalité, mais je pense que dans l’ensemble, cela m’a donné envie de faire un peu plus de diplomatie. Et je pense qu’il est vraiment rare de pouvoir faire quelque chose comme ça, de vraiment réaliste où chacun a pu donner son point de vue ce qui était vraiment intéressant.

L’objectif affiché de l’association était de donner de favoriser l’autonomisation de jeunes femmes, en les mettant en situation d’influencer ou d’informer une décision et de développer ainsi des compétences spécifiques de direction. Opération réussie pour Taara et Jenny, qui ont rédigé chacune une note sur la mobilisation de la jeunesse en faveur du changement climatique et qui ont apporté leur vision de la politique australienne et internationale !

Dernière modification : 02/12/2019

Haut de page