Interview bilan de la visite de la délégation du Louvre en Australie

Retour de la visite du Louvre en Australie il y a quelques mois.

- Quels sont les vecteurs de présence du Louvre à l’étranger et quels sont les bénéfices pour le musée d’une visibilité à l’international ?

Le Louvre collabore avec près de 75 pays dans le monde à travers des expositions croisées, des prêts, des fouilles, des expertises.. Chaque année, plus d’un million de visiteurs voient nos expositions à l’étranger. Le Louvre est un musée universel et se doit d’être proche de ses publics et de ses partenaires scientifiques dans le monde entier.

- Quelle part à l’Australie dans la fréquentation du Louvre ?

Nous accueillons environ 100 000 visiteurs australiens chaque année.

- Y a-t-il un potentiel pour accueillir plus d’Australiens ?

Les Australiens voyagent déjà beaucoup et la France, en tant que première destination touristique mondiale, est déjà une terre de prédilection. En développant nos activités dans plusieurs villes australiennes, nous espérons que cela donnera envie aux habitants de venir au Louvre à Paris pour y découvrir le reste de nos collections.

- Quelle image aviez-vous de l’Australie avant cette mission et pourquoi venez-vous maintenant dans cette zone du monde ?

De l’Australie, on connait surtout les paysages, la nature, les animaux, le surf, l’Opéra de Sydney… Nous avons découvert un pays contrasté, des institutions culturelles de haut niveau et une vraie francophilie. Le Louvre a l’ambition de se montrer et de collaborer avec toutes les parties du globe, y compris l’Océanie et nous sommes fiers de cet intérêt pour le Louvre malgré la distance qui nous sépare. Maintenant que le Louvre Abu Dhabi a ouvert, nous fortifions nos échanges avec des pays stratégiques comme l’Australie, le Brésil, la Chine et la Corée notamment.

- Est-ce une extension vers un territoire encore inexploré et à fort potentiel ?

Nous avons déjà organisé des expositions en Australie il y a plus de 10 ans. Il y a une vraie attente culturelle et nous avons vu le succès des expositions de nos homologues français ces dernières années. Nous avons d’excellentes relations avec les musées australiens et plusieurs mécènes australiens soutiennent le Louvre depuis des années. Nous espérons consolider ces liens et faire aboutir de nombreux projets communs avec eux.

- Quelles grandes conclusions retirez-vous de cette première mission ? Quels peuvent en être les débouchés ?

Un gros travail de préparation a eu lieu avant notre visite et je veux remercier Philippe Platel, attaché culturel, pour les précieuses mises en relation qu’il a permis. Le soutien et la présence de l’Ambassadeur Christophe Penot et de la Consule générale de Sydney Anne Boillon ont été très appréciés. Nous avons été formidablement bien accueillis par nos partenaires australiens. Plusieurs projets d’exposition du Louvre en Australie sont en cours. De plus, des personnalités australiennes semblent être des amoureux du Louvre, et nous espérons pouvoir compter sur leur soutien pour que le musée rayonne à la hauteur de ses ambitions.

Dernière modification : 06/01/2020

Haut de page