L’Australie et la France intensifient leurs relations stratégiques en vue d’une future coopération spatiale [en]

Afin de renforcer les fondations posées par quatre décennies de coopération entre le Centre National d’Études Spatiales (CNES) et l’Australie, les deux pays se sont engagés dans le renouvellement d’un partenariat ambitieux, à l’occasion de la 68e édition du Congrès International Astronautique, qui s’est tenu à Adélaïde du 25 au 29 septembre 2017.

JPEG Le succès en avril dernier de l’emblématique mission astronomique PILOT, mettant en scène le lancement depuis Alice Springs d’un ballon stratosphérique assez grand pour contenir la cathédrale Notre-Dame, symbolise la réussite de la coopération spatiale franco-australienne. Les deux gouvernements ont intensifié leurs discussions sur les deux dernières années, permettant une étendue réelle de leur partenariat stratégique renforcé signé en Mars 2017.

Instaurer un cadre favorable par l’adoption d’un schéma gouvernement à gouvernement

Dans ce contexte, une lettre d’intention ouvrant la voie à un accord cadre a été co-signée à l’occasion de la première table ronde bilatérale consacrés aux futurs accords de coopération spatiale, par Monsieur Trevor Power, responsable de la politique de croissance au Ministère Fédéral Australien de l’Industrie, de l’Innovation et de la Science, et le Docteur Jean-Yves Le Gall, président du CNES, en présence de Son Excellence Christophe Penot, Ambassadeur de France en Australie, de Madame Susan Close, Ministre d’Etat pour l’Education, et de Madame Kate Lundy, sénatrice travailliste du Territoire de la Capitale Australienne (ACT).

JPEG L’espace constitue un atout majeur pour soutenir la sécurité et l’économie des deux pays. Français et Australiens peuvent tous deux compter à la fois sur des connaissances scientifiques largement reconnues et sur de fortes capacités technologiques, et sont décidés à tirer profit d’une révolution spatiale qui se joue à l’échelle mondiale. Les deux nations reconnaissent le rôle essentiel joué par les satellites pour gérer les menaces mondiales, en particulier dans leur seule capacité à surveiller l’évolution climatique, au niveau planétaire, et de manière continue.

Des accords ont été signés permettant le soutien de la France dans la création du premier centre spatial australien, et sur la participation française dans le nouveau projet spatial australien. La première étape charnière aura été la signature d’un protocole d’entente entre le CNES et l’UNSW sur l’appui technique de l’agence spatiale française dans la création du tout premier centre spatial australien. Ce développement conjoint est très prometteur, et pourrait devenir une réelle rampe de lancement en favorisant de futures missions conjointes. Un second accord a confirmé l’utilisation des capacités de lancement d’un système de suivi par le CNES pour déployer la nouvelle constellation de satellites de FLEET, la nouvelle start-up vaisseau amiral.

JPEG
Dresser la carte des développements conjoints possibles

La journée de rencontre bilatérale tenue par SA Défense et le CNES a témoigné d’un dialogue entre les deux gouvernements montrant déjà des orientations tournées vers l’avenir, et suivi de discussions sectorielles techniques identifiant les domaines d’intérêt mutuel et parcourant les possibles partenariats entre les nouveaux écosystèmes français et australiens. Les sessions préparatoires ont permis de dessiner la carte des capacités et des intérêts pour les deux pays. Des développements potentiels ont ainsi été proposés dans les champs des constellations de nano-satellites, dans les technologies automobiles, dans les solutions de remorqueur spatial, dans les surveillances maritimes, le contrôle des incendies, ainsi que l’étude de l’éthique et de l’histoire de l’espace, tout en faisant face aux changements rapides rencontrés par le secteur spatial dans sa globalité à travers la miniaturisation des satellites et l’explosion de l’utilisation des données spatiales en vue d’applications sociétales essentielles.

A l’occasion de la signature de ces trois accords, le Docteur Jean-Yves le Gall a déclaré : « L’espace a pris une nouvelle importance sociétale, de par son rôle critique dans la surveillance climatique et à travers la nouvelle révolution spatiale. C’est là où l’Australie, portée par sa force et ses capacités, vient tout naturellement trouver sa place ».

Dernière modification : 08/11/2017

Haut de page