Le Centre d’excellence sur la physique des particules de matière noire #ST14 [en]

L’Australie se lance à la recherche de la matière noire

Selon les théories reconnues de la gravité, les étoiles tournant au bord des galaxies devraient voyager plus lentement que celles situées près de leur centre, et la gravité générée par la matière observable de certaines galaxies ne devrait pas être suffisante pour les maintenir assemblées… Mais nous observons que les étoiles orbitent à peu près à la même vitesse, qu’elles soient au centre ou au bord de la galaxie, et que les galaxies ne volent pas en éclats, malgré leur vitesse de rotation. Ces observations ont conduit les scientifiques à supposer que de la matière invisible, représentant 80% de la masse de l’univers, génère une gravité supplémentaire : la matière noire !

PNG

Le problème est que cette matière n’interagit pas avec la matière « normale » (ou matière baryonique, faite de neutrons et de protons qui composent les atomes et molécules de tout ce que l’on voit dans l’univers), ni avec la lumière… la rendant extrêmement difficile à repérer ! Mais la détection de cette matière noire est néanmoins le défi que le Centre d’Excellence sur la physique des particules de matière noire relève.

Annoncé fin 2019 par l’Australian Research Council, ce centre d’excellence est administré par l’Université de Melbourne et financé à hauteur de 35 millions de dollars sur 7 ans (https://centredarkmatter.org).

Ce centre vise à mieux comprendre notre Univers en détectant les particules de matière noire et en en étudiant leur nature mystérieuse. Il rassemble une équipe diversifiée de chercheurs de la physique des particules, nucléaire et quantique ainsi que de l’astrophysique des particules. Il exploitera l’emplacement géographique unique du premier laboratoire de physique souterrain de l’hémisphère sud, dans la mine de Stawell au Victoria, et utilisera des technologies de pointe pour réaliser ses expériences. Ses détecteurs ultra-sensibles et ses techniques de rayonnement ultra-faible devraient se développer en un large éventail d’applications industrielles et permettre de former une nouvelle génération de scientifiques.

Une partie de la recherche se fera au sein du Département de physique nucléaire de l’Australian National University. L’accélérateur à ions lourds de 15MV d’Australie est utilisé pour aider à caractériser la pureté et la réponse des détecteurs qui seront utilisés dans la recherche réelle de particules de matière noire. Nous vous invitons à une visite virtuelle des salles d’expérimentation de l’accélérateur…

Visite virtuelle :
Les salles d’expérimentation de l’accélérateur à ions lourds de 15MV d’Australie à l’ANU
https://physics.anu.edu.au/tour/

Dernière modification : 29/07/2020

Haut de page