Le Parc de la mer de Corail #ST61 [en]

Préservation et valorisation économique de la biodiversité néo-calédonienne

PNG

La Nouvelle-Calédonie possède une Zone Economique Exclusive (ZEE) d’une superficie d’1,3 million de km2. Créé en avril 2014 pour préserver la biodiversité exceptionnelle de l’espace maritime néo-calédonien, le Parc naturel de la Mer de Corail (PNMC) englobe la totalité de la ZEE de Nouvelle-Calédonie (voir carte), représentant la plus grande aire marine protégée de France.

La création du PNMC répond à la stratégie «  2050 Strategy for the Blue Pacific Continent  » du Forum des Îles du Pacifique, centrée sur la gestion intégrée des océans et l’adaptation aux changements climatiques et environnementaux. Elle représente également une contribution de la Nouvelle-Calédonie à la Déclaration d’Intention sur la Gestion durable de la Mer de Corail signée en 2010 entre la France/Nouvelle-Calédonie et l’Australie.

Grâce à un financement de 15 M€ du volet Territoires d’Innovation du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) financé par la France, la Nouvelle-Calédonie ambitionne de faire de la préservation de la biodiversité du PNMC un moteur de croissance. Trois axes (déclinés en 18 actions) ont été retenus pour répondre à cet objectif :

  • le développement des activités de recherche, avec optimisation des moyens d’observation et de surveillance par l’innovation et les nouvelles technologies : flotte de drones sous-marins, Smart Cables (Sciences Monitoring And Reliable Telecommunication) avec capteurs environnementaux, planeurs de surveillance biochimique, Hub géospatial ;
  • la valorisation économique de la biodiversité marine, en accompagnant la structuration de la filière des biotechnologies : ferme de production de microalgues en eau de mer, production de colonies de coraux et réhabilitation des sites dégradés, valorisation des déchets de poissons en hydrolysat liquide (fertilisant), molécules d’intérêt pour l’industrie cosmétique et alimentaire, valorisation des substances naturelles produites par les microorganismes ;
  • la sensibilisation à la biodiversité et à sa valorisation économique, à travers la création d’une Cité Marine de la Connaissance, structure d’accompagnement et d’accueil de scientifiques, étudiants, entreprises et start-up.

En affichant sa volonté de faire de la préservation de sa biodiversité marine un moteur de croissance économique, la Nouvelle-Calédonie souhaite se placer comme un pôle d’attractivité de la recherche et de l’innovation, afin de contribuer à mieux répondre aux enjeux environnementaux auxquels la région Pacifique fait face.

Pour plus de renseignements :
Délégué pour la Nouvelle-Calédonie en Australie (basé à l’ambassade de France à Canberra) : yves.lafoy@diplomatie.gouv.fr

Dernière modification : 08/07/2021

Haut de page