Visite de Florence Parly, ministre des Armées, en Australie [en]

La ministre des Armées Florence Parly a effectué une visite de trois jours en Australie, les 22, 23 et 24 septembre. Ce séjour, le premier de la ministre en Australie, a permis aux deux pays de démontrer leur vaste coopération de défense et leur engagement mutuel.

Madame Parly a débuté son programme intense à Sydney, où elle a rencontré la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne. Lors de sa deuxième journée, Florence Parly s’est envolée pour Adelaïde où elle a diné avec son homologue Christopher Pyne et Steve Marshall, Premier d’Australie méridionale.

Première étape de l’initiative franco-australienne AFiniti, Paris et Canberra ont organisé un symposium des industries de défense à Adelaïde lundi 24 septembre. Cette conférence de deux jours a rassemblé quelques-unes des plus grandes entreprises françaises et australiennes de défense, comme Naval Group, Thales, Safran ou encore Airbus. La ministre a débuté sa journée en rencontrant huit PME françaises travaillant dans le domaine de la sécurité maritime, présentes à ce symposium afin de nouer des relations commerciales en Australie.

JPEG

Christopher Pyne et Florence Parly ont ensuite saisi cette occasion pour tenir une conférence de presse et mettre en avant l’approfondissement de la relation franco-australienne. En effet, Christopher Pyne a loué l’engagement de la France pour la sécurité du Pacifique, en partenariat avec l’Australie. Selon Mr. Pyne, « nous tenons notre rôle dans le Pacifique Sud très au sérieux et nous soutenons la présence de la France comme puissance régionale, grâce à la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. Nous voulons voir cette relation continuer à croître ». L’Australie se réjouit de l’implication dans son environnement de nations partageant ses valeurs. Florence Parly a insisté sur cette collaboration en expliquant que « la France et l’Australie n’ont jamais été si proches. Nous avons une relation profonde, enracinée dans des valeurs, des intérêts et une perception commune de ce qui se passe dans le monde. Nous sommes voisins et alliés dans l’Indo-Pacifique, où nous assurons la sécurité maritime de nos alliés ».

Florence Parly et Christopher Pyne ont ensuite inauguré le symposium franco-australien des industries de défense. Les deux ministres ont insisté sur les aspects-clefs de la relation de défense franco-australienne, en particulier le contrat des sous-marins et la liberté de navigation en mer de Chine méridionale.

JPEG

Le ministre Christopher Pyne a décrit le programme franco-australien de sous-marins comme « le plus grand projet de ce type au monde » et s’est dit ravi que Naval Group soit le constructeur de ces sous-marins, construits en Australie. Florence Parly a ajouté que les négociations du contrat suivaient leur cours de manière positive. Replaçant le contrat dans son contexte stratégique, elle a expliqué que « la décision australienne de choisir Naval Group pour ses sous-marins constituait un moment clef dans la relation bilatérale », parce que cet accord commercial et de défense nécessite une collaboration politique et stratégique. De plus, la ministre a décrit cet accord comme « un énorme défi industriel pour répondre aux demandes australiennes : une fabrication en Australie, des emplois pour l’Australie, un acier australien ». Ce contrat ouvre en effet la voie à une coopération pleine et entière entre la France et l’Australie.

Les deux ministres ont ensuite souligné l’engagement de la France et de l’Australie pour la sécurité internationale et la protection du droit grâce à leur coopération de défense. Le ministre Pyne a rappelé que l’Australie était déjà engagée auprès de la France dans des exercices militaires réguliers, en particulier l’exercice Croix du Sud, le plus important exercice français dans le Pacifique Sud. « Nous accueillons toujours la France dans nos exercices dans la région » a ajouté Mr. Pyne. Le ministre de la Défense australien a insisté sur le fait que la France et l’Australie partagent une même vision pour la mer de Chine méridionale, selon laquelle cet espace recouvre des eaux internationales et que chaque nation a le droit d’y naviguer. En effet, l’Australie patrouille en mer de Chine méridionale régulièrement. « Nous sommes ravis de pouvoir le faire avec la France dans les prochaines années. Nous ne voyons pas pourquoi des nations verraient la mer de Chine méridionale comme une menace à leur souveraineté » a dit Christopher Pyne.

Florence Parly a exprimé le même point de vue sur ce sujet. Plus précisément, elle a mentionné le fait qu’il s’agit « d’une source d’inquiétude commune entre la France et l’Australie. La France ne soutien aucun parti mais veut être certaine que la liberté de navigation y soit assurée ». Elle a ajouté que la France patrouille plusieurs fois par an en mer de Chine méridionale et cherche à mieux se coordonner avec l’Australie à ce sujet : « la position de la France est claire, nous voulons que la Chine respecte le droit international mais nous sommes ouverts au dialogue ».

JPEG

Après sa rencontre avec Christopher Pyne, Florence Parly s’est entretenue avec Steve Ciobo, ministre australien des Industries de défense, avec qui elle a assisté à la signature d’un contrat de joint-venture entre deux entreprises française et australienne de défense, Issartel et HI Fraser.

La visite de Florence Parly en Australie a démontré la profondeur de la coopération franco-australienne pour la sécurité de la région indo-pacifique et du monde plus largement. Elle a mis en lumière le fait que la France et l’Australie ne sont pas seulement des partenaires. Ces deux pays partagent une même vision, des valeurs fondamentales communes, et font face aux mêmes insécurités et menaces. Cependant, la France et l’Australie partagent aussi des opportunités communes. Comme Florence Parly l’a expliqué, « le niveau d’interactions opérationnelles entre les deux pays va s’accroître dans notre partenariat stratégique ».

Dernière modification : 08/10/2018

Haut de page