La communauté française en Australie (Chiffres et perspectives)

La communauté française en Australie : l’enjeu des distances

La population inscrite au registre de Sydney au 1er décembre 2018 est de 24 810 personnes (25 620 au 01/12/17), sachant que l’estimation des ressortissants français non inscrits résidant en Australie porte sur une fourchette de 50 000 à 70 000 personnes.

I - La population résidente et de passage

La communauté française résidente en Australie est une population relativement jeune (la moyenne d’âge est de 36 ans), en grande partie binationale (47,47%) et économiquement active ; à l’exemple de la population du pays, elle vit à plus de 80% en zone urbaine, et en premier lieu à Sydney, qui demeure la métropole la plus attractive pour les jeunes couples et les familles ayant des enfants en âge de scolarisation (présence du Consulat général de France et du Lycée Condorcet, sièges de grandes entreprises, réseau universitaire….).

Néanmoins, d’autres villes-capitales attirent de plus en plus nos compatriotes comme Melbourne et Brisbane, en forte croissance économique, ou Perth, dans une proportion plus mesurée ces derniers mois.

Au plan géographique, la répartition par Etat de la population résidente est la suivante :

- Nouvelle Galles du Sud : 45,14% (dont 91% sur Sydney et sa région)
- Victoria (Melbourne) : 20,56%
- Queensland : 15,38% (dont 58% sur Brisbane)
- Australie occidentale : 11% (dont 91% pour le Grand Perth)
- Australie méridionale (Adelaïde) : 3,6%
- Territoire de la Capitale (Canberra) : 2,5%
- Territoire du Nord : 0,64% (dont 80% sur Darwin)
- Tasmanie (Hobart) : 0,9%

PDF - 83.2 ko
(PDF - 83.2 ko)

L’Australie attire par ailleurs environ 200 000 Français de passage chaque année. Le principal motif demeure le tourisme (60%), suivi des visites familiales ou privées (18%) et des affaires (7%). La Nouvelle-Galles du Sud - et Sydney en particulier – est la destination principale des Français, suivie du Victoria puis du Queensland.


II – Les détenteurs de Visas Vacances Travail (VVT) ou "Working Holiday"

L’Australie est sans aucun doute l’une des dernières régions au monde à entretenir le mythe de la « Nouvelle Frontière » et de l’ « Eldorado ». S’y ajoutent des atouts incontestables (croissance soutenue de l’économie australienne, qualité de vie) qui suscitent un réel engouement auprès des jeunes, en recherche d’un "ailleurs" et avides de découvertes.

La population des jeunes français séjournant en Australie sous couvert d’un Visa Vacances Travail a connu une croissance importante au cours des dernières années. Depuis la mise en œuvre en 2003 ce sont près de 350 000 jeunes qui ont bénéficié de ce programme, avec un pic en 2013-2014 à 25 589 jeunes qui s’est stabilisé autour de 23 500 en 2017/2018.
L’augmentation concomitante du coût des visas en Australie, la perspective très médiatisée d’imposer plus sévèrement les détenteurs d’un Working Holiday Visa, les conditions parfois difficiles pour pouvoir se qualifier pour une seconde année ou encore la concurrence que la Nouvelle-Zélande représente comme destination constituent des facteurs sans doute à l’origine de la tendance baissière entre 2014 et 2016.

En nombre, les VVT français se situent au 3ème rang, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne mais devant la Corée du sud et Taïwan. Sur 2017/2018, les Français constituent la seule nationalité en hausse (+3,8%) comparativement aux autres citées.

Le consulat général a publié une brochure pour accompagner les jeunes dans la préparation de leur voyage, notamment s’agissant de leur assurance médicale car ils sont plus naturellement exposés aux risques d’accident et de perte de documents.


III – Les distances en Australie : un enjeu de la modernisation du service public

L’Australie, dans ses dimensions et ses distances, est un cas d’école dans le réseau consulaire. L’enjeu d’une administration qui se projette au plus près des usagers est ici au cœur des objectifs de modernisation.

-  Dans ce contexte, l’action consulaire depuis le consulat général s’appuie sur un réseau de 10 Agences consulaires, dont 7 se trouvent sur le territoire australien, pour relayer son action sur le terrain dans l’esprit « Team France », avec la limite réglementaire qui encadre leurs compétences.

-  Offrir une plus large visibilité de ses services sur internet, d’une part en développant et améliorant son site et d’autre part en ayant recours systématiquement aux media sociaux pour relayer les informations les plus importantes : Tweeter, Facebook, ….

-  En attendant que certaines démarches puissent être accessibles et réalisables en ligne de manière complètement dématérialisées tout en assurant la sécurité et la confidentialité des données, ce qui est déjà le cas pour l’accès au registre des Français établis hors de France par exemple, depuis l’été 2016, le consulat général a recours à d’autres solutions pour offrir un service plus proche des usagers :

i) L’utilisation de la valise itinéra depuis 2013, comme moyen mobile de recueil des demandes de passeports, connaît un franc succès qui a permis à nos compatriotes d’éviter de se déplacer à Sydney.
ii) Dans une démarche audacieuse, une valise itinéra a par ailleurs été installée à demeure à Melbourne afin de recueillir les demandes de la deuxième plus grande communauté française installée en Australie. Ce dispositif a été reproduit à Perth, point le plus distant de Sydney.
iii) L’Australie recueille à elle seule 28% de la totalité des passeports reçus par la valise itinéra dans l’ensemble du réseau consulaire à l’étranger.

Le Consulat général à Sydney s’est par ailleurs porté volontaire pour être un laboratoire des technologies innovantes permettant à nos compatriotes d’accéder à certains services à distance. Dans ce cadre, il sera amené à tester tout prochainement les nouveaux prototypes de valise itinéra et de matériels de recueil biométrique (DR mobile) pour les demandes de passeports.

Cette modernisation de nos moyens et de nos méthodes doit s’accompagner d’une réforme réglementaire nécessaire des textes parfois anciens et pas toujours adaptés qui prendrait mieux en compte les problématiques actuelles avec les nouveaux moyens mis à disposition afin de faciliter les démarches administratives (possibilité par exemple de tenir des auditions et des entretiens par visio conférence avec bien sûr toutes les garanties nécessaires d’authenticité).

Ces problématiques, qui guident en filigrane l’action consulaire, sont d’autant plus pertinentes et cruciales que la circonscription du poste s’est élargie en 2015 à la Papouasie Nouvelle-Guinée et depuis le 1er décembre 2017 aux Iles Fidji et à quatre autres pays d’Océanie (le Royaume de Tonga, la République des Kiribati, La République de Nauru et les Tuvalu, 249 Français inscrits au total dont 95% à Fidji), amenant le consulat général à couvrir de façon inédite une région sensiblement étendue et induisant des problématiques particulières en termes d’assistance aux Français en difficulté et de sécurité des communautés.

Dernière modification : 03/12/2018

Haut de page